Coronavirus : L’incertitude plane concernant le tourisme

Publié le 02.05.2020

L’incertitude plane concernant le tourisme. Impossible de faire une réservation, à plus de 100km du moins.

« Ce dont a besoin ce secteur, mais aussi les vacanciers pour assurer leur sécurité, c’est de règles précises et de laisser la décision au local. Les maires, qui ont une connaissance de leur territoire, savent quels sont les flux acceptables et peuvent trouver des solutions au cas par cas. Il y a 32 millions de personnes qui sont parties l’an dernier, 26 millions cette année (il y a déjà 6 millions de personnes qui ont renoncé à partir en vacances). Nous n’aurons pas non plus les 17 millions de personnes de clientèle étrangère qui étaient venues l’an passé. Nous pourrons gérer la situation, sinon où vont rester les vacanciers ? Dans les villes, concentrés dans les parcs, les jardins, en bord de Seine, dans les lieux publics ? Nous avons suffisamment d’espace sur notre territoire, que ce soit à la mer, à la montagne, à la campagne ou dans les stations balnéaires, pour accueillir ces touristes dans de très bonnes conditions. Les professionnels du tourisme savent gérer ces flux et s’il y a hyper concentration, il faudra les réguler. Il faut faire les choses de façon pragmatique et ne pas donner une règle absolue pour tous les territoires alors qu’ils sont tellement divers. Il faut faire confiance au local, mais pour cela nous avons besoin de règles du jeu : des dates d’ouverture des hébergements touristiques, des volumes maximums de fréquentation par typologie d’hébergement, des règles de vie sur les équipements de loisirs, sur les piscines… Aujourd’hui, les campings sont fermés alors qu’ils ont de l’espace, il y a de la place entre les mobil-homes. Il faut des règles, faute de quoi on va priver les Français de vacances. Ce secteur économique a déjà perdu 40 000 milliards d’euros sur le printemps. Cela se traduira par une perte a minima de 300 000 emplois (directs et indirects). Si c’était une saison blanche, on atteindrait le million. Avec un peu de bon sens et pas d’improvisation, nos concitoyens pourront passer de bonnes vacances en sécurité. »

Notre actualité

voir tout >>>