Coronavirus : Partirons-nous en vacances cet été ?

Publié le 10.04.2020

Suite à la phrase de Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat chargé des Transports, qui dit qu’il est trop tôt pour réserver ses vacances d’été car la situation est encore trop incertaine, la question des vacances se pose.

Soit M. Djebbari parlait de la crainte que des Français réservent des vacances à l’étranger et dans ce cas-là il a raison, car il ne faut pas oublier qu’un certain nombre de concitoyens ayant réservé un séjour à l’étranger se sont retrouvés avec des acomptes dans les agences de voyage (remboursement au bout des 18 prochains mois séjour pas consommé). Il est vrai, qu’il est trop compliqué d’imaginer des Français partir à l’étranger cette année tout comme il est compliqué d’imaginer une venue en masse de clientèles étrangères en France. 
En revanche, si c’est pour pousser nos concitoyens à ne pas réserver vers la destination France, alors que le secrétaire d’Etat au tourisme, Jean-Baptiste Lemoine, disait qu’il avait bien conscience de la nécessité de nos concitoyens à partir en vacances, en tout cas pour ceux qui le peuvent. Les 17 millions d’étrangers qui étaient venus en France au cours de l’été dernier, ne viendront bien évidemment pas cette année.

 

C’est d’ailleurs une catastrophe économique car le tourisme est important pour l’économie française.

 

Pour les régions du Sud, le tourisme représente 10 % du PIB et plus de 10 % de l’emploi ; pour la Corse, c’est le double, donc c’est véritablement une économie fondamentale. De même pour Paris, 1 employé sur 4 est lié au tourisme. Cela signifie qu’au-delà du secteur de l’hébergement touristique, tous les autres secteurs sont également impactés (congrès, transports…).
Bien que l’on soit dans une crise sanitaire, il ne faut pas oublier que le tourisme c’est 2 millions d’emplois, 1,3 millions d’emplois salariés et + de 600 000 travailleurs non-salariés. Et l’impact va bien au-delà du tourisme ça il y a tout l’écosystème : 50 % de la pêche française est commercialisée via les restaurants et ces pêcheurs n’ont plus de débouchés avec les restaurants fermés. Il e est de même pour les agriculteurs qui ont du mal à écouler leur production, comme les produits labélisés comme La Fraise Label Rouge du Lot-et-Garonne, Qualité Landes, tous les produits d’appellations d’origine protégée. Le tourisme constitue un débouché très important et les dégâts de ce manque de tourisme vont être considérables. Il faut que les pouvoirs publics et le gouvernement anticipent. La priorité est de savoir comment les Français pourront partir en vacances et dans quelles conditions de déconfinement ; puis comment ils vont assurer la sécurité de nos concitoyens (nettoyage, sécurisation des lieux publics, piscines, lieux de visites…), car les choses ne s’improviseront pas à quelques jours de l’ouverture.

 

Notre actualité

voir tout >>>