Coronavirus : Le secteur du tourisme est gravement impacté de la crise

Publié le 25.04.2020

L’économie du tourisme est au cœur de la crise du Covid-19. Etat des lieux sur le tourisme en France.

« Aujourd’hui il y a 2 millions de personnes dans le secteur du tourisme qui sont sans emploi, soit en chômage partiel, soit tout simplement sans emploi parce qu’ils sont travailleurs non-salariés et qu’ils ne bénéficient pas du chômage. C’est un véritable tsunami qui atteint ce secteur avec 2 millions d’emplois directs mais aussi 2 millions d’emplois indirects et 2 millions d’emplois induis. Bien sûr des mesures gouvernementales, qui sont efficaces, ont été prises. Il y a eu une remarquable mobilisation des pouvoirs publics pour aider ce secteur, mais cela ne suffira pas surtout si nous n’avons pas de saison estivale. Le secteur du tourisme, c’est 85 milliards d’euros de recettes entre le printemps et l’été. Bon nombre des professionnels saisonniers et très dépendants de la saison estivale ne passeront pas le cap. »

 

Les derniers relevés et chiffres sur le front de l’épidémie sont encore inquiétants, tout comme le nombre de personnes encore réanimation. Nous avons du mal à imaginer qu’aux mois de juillet et août, nous serons tous sur les plages, en terrasse ensemble, en train de profiter du soleil. Est-ce que c’est aussi le malheureux constat que vous commencez à vous faire et est-ce que vous essayez déjà de trouver des solutions s’il n’y a pas de saison estivale ? 

 

« Notre pays, avec sa diversité de patrimoines, de paysages, d’espaces naturels, offre la possibilité de pouvoir partir en vacances et de façon sécurisée d’un point de vue sanitaire ; les professionnels du tourisme y travaillent. Cette année, il n’y aura pas les 17 millions d’étrangers venus l’an passé. Il y aura plus de Français (tous ceux qui étaient partis à l’étranger les autres années). Nous n’aurons pas le même volume de clientèle touristique : ceux qui n’auront pas la tête à partir en vacances, ceux qui ne prendront pas de congés parce qu’ils devront travailler, ceux qui auront aussi peur de pouvoir attraper le Covid-19 dans des situations de vacances. Ça ne sera pas les mêmes vacances qu’avant, car il y aura des mesures de distanciation nécessaires. En revanche, il y a la possibilité de prendre des mesures barrières et les professionnels du tourisme y travaillent. Mais pour cela, il faut avoir un minimum de visibilité. Aujourd’hui, il y a beaucoup trop d’incohérences. Comment expliquer que nous pourrons prendre les transports en commun mais que nous ne pourrons pas aller sur les plages. Nous avons 1200km de côtes dans notre pays. Les plages surpeuplées, il faut oublier et il faudra certainement réguler à certains endroits. Il y aura certainement une réduction de capacité pour les restaurants, ils pourront faire plusieurs services, mettre des règles de distanciation entre les tables… mais c’est toujours mieux que rien, sinon ça va être une catastrophe économique, sociale et une catastrophe pour notre santé psychologique et mentale. On le voit dans les différentes études qui sont faites aujourd’hui, les Français dépriment et les vacances sont un horizon positif. Il est très important de préserver ces vacances, pas seulement pour les professionnels du tourisme, mais aussi pour le corps social de notre pays. Le tourisme est aussi un vecteur extraordinaire de rencontres, de partage et de consommation de produits locaux. Sans le tourisme, ça va être une véritable catastrophe pour bon nombre de nos territoires de l’Hexagone. »

Notre actualité

voir tout >>>