Vacances d’hiver : les nouvelles tendances des Français

Publié le 21.02.2017

Les vacances d’hiver ont été avancées cette année, quels en sont les impacts sur les pratiques des Français à la montagne ? Depuis plusieurs années, les Français veulent skier de plus en plus tôt dès les vacances de Noël. Mais, l’absence de neige depuis deux ans pendant cette période de fin d’année et les arbitrages économiques faits par les Français entre destinations neige et destinations soleil ont eu raison de la place de la France comme première destination ski mondiale au profit des Etats-Unis en 2016.

La fréquentation a diminué, notamment à Noël jusque fin janvier. Ce retard a été conséquent, avec plus de 10% de recul sur deux ans. Les stations dépendent de plus en plus de ces vacances d’hiver, soit 5 semaines qui concentrent 35% de la fréquentation des vacances d’de l’hiver. Cette année, les conditions sont bonnes, mais cela ne permettra surement pas de rattraper le retard accumulé. En 2015, la fréquentation a reculé de 3 à 5% et cette la baisse se poursuit. Globalement le taux d’occupation, situé 70 et 90% sur la deuxième semaine des vacances de la zone C (11-18/02/2017) est bon. La semaine suivante est très bien réservée. Le défi suivant pour les stations sera d’avoir une fréquentation beaucoup plus importante pour les vacances de Printemps. Or c’est une période qui a tendance à diminuer.
 
Un autre problème est le renouvellement du nombre de skieurs. Il y a un vieillissement des skieurs. L’apprentissage du ski, populaire, via les classes de neige, les colonies de vacances, est en recul. C’est un vrai problème pour les stations et il n’y a pas eu de véritables politiques en la matière. Les stations sont de plus en plus haut de gamme et touchent de plus en plus une clientèle étrangère. En conséquence, les prix pour cette période sont relativement élevés. On peut encore trouver dans les Pyrénées, le Massif Central ou même dans les Alpes, dans des stations villages, ou des stations plus proches des vallées, des tarifs plus abordables. Mais globalement, les vacances au ski coutent en moyenne 600 euros par personne. Ces prix peuvent être compensés grâce au tourisme social et associatif, avec les villages de vacances, comme VTF ou Ternelia, qui proposent des formules permettant d’accéder au ski à un prix raisonnable.
 
Ainsi, une station comme Super Besse dans le Massif Central qui était très en retard à la fin du mois de janvier, a battu son record de fréquentation avec 11 000 journées-skieurs le week-end du 11-12 février 2017. Pour ces stations, c’est très important, cela participe au développement économique. Globalement, les remontées mécaniques génèrent 1,3 milliard d’euros de retombées économiques directes, et 10 milliards d’euros de retombées indirectes et induites et environ 120 000 emplois.

 

Notre actualité

voir tout >>>