Les perspectives du tourisme en Occitanie

France Bleu logo

France Bleu - 30/03/2020

Vous ne disposez pas du lecteur Adobe Flash, installez-le !

Publié le 31.03.2020

Les vacances de Pâques débutent dans une semaine. Avec le confinement, la situation est catastrophique pour les professionnels du tourisme. Certains secteurs continuent de fonctionner. Mais qu’en est-il du secteur du tourisme ?

« Le secteur du tourisme est à l’arrêt. A partir du moment où il y a confinement, la préoccupation des Français, mais également des Européens, n’est pas de partir en vacances mais de respecter le confinement. Les gens ont du mal à pouvoir travailler, la préoccupation des vacances est donc aujourd’hui très éloignée de leur quotidien. En revanche, il est vrai que c’est une catastrophe pour l’économie touristique et pour l’économie en règle générale. Rappelons que dans le monde, 10 % des emplois sont liés au tourisme, c’est donc 10 % du PIB. Pour l’Occitanie, c’est quasiment la même chose puisque le tourisme y représente 10 % de la richesse créée. Pour bon nombre de territoires, ce secteur fondamental est à l’arrêt et redémarrera lorsque nous pourrons sortir du confinement. Heureusement, l’un des points positifs pour l’Occitanie – contrairement à d’autres régions – est qu’elle est très dépendante des clientèles françaises. C’est une bonne chose car lorsque nous sortirons du confinement, l’économie touristique redémarrera. On le sait, nos concitoyens ne rêvent que d’une chose : pouvoir s’aérer, aller à la mer, à la montagne, dans les grands espaces, profiter du balnéaire, etc.

Les vacances de Pâques représentent une période de plus en plus importante car c’est véritablement le lancement de la saison estivale, même si ces dernières années, il y a de moins en moins de saison estivale mais plutôt un tourisme à l’année. Les vacances de Pâques sont aussi la période où l’on réouvre la maison secondaire, où l’on profite des week-ends pour partir en villégiature… Pour les professionnels du tourisme, les vacances de Pâques représentent environ 12 à 15 % de l’activité estivale, mais il ne faut pas compter dessus cette année évidemment. »

Avec le budget vacances qui n’aura pas été dépensé, est-il possible d’envisager un rattrapage en mai/juin ?

« Il n’y a pas de rattrapage dans le secteur du tourisme. Si l’on dispose de 30 chambres, on ne peut pas en vendre 60 le mois prochain. Ce n’est pas une industrie de stock mais une industrie de consommation immédiate. En revanche, ce que l’on peut espérer, c’est avoir une belle fréquentation touristique lorsque le confinement sera terminé. Mais nous ne savons pas quelles seront les règles de sortie de confinement et si les clientèles étrangères pourront venir rapidement dans l’hexagone, notamment en Occitanie. Cette année, nous devons compter sur la clientèle française et sur la clientèle régionale. C’est aussi un bon moyen de raisonner un peu différemment le tourisme. Le tourisme de demain sera plus un tourisme de proximité, inclusif, de circuits courts, un tourisme de plus en plus durable. C’est la voie qu’a choisi la région pour son développement touristique, et c’est certainement la voie d’avenir. Nous savons que cette année, les Français partiront très peu, voire quasiment pas, à l’étranger, en tout cas cet été. La baisse prévue du trafic mondial est de - 54 % selon les compagnies aériennes. C’est un véritable tsunami dans l’économie mondiale, et c’est aussi une autre façon de raisonner le tourisme. N’en doutons pas, lorsque ce confinement sera terminé, l’Occitanie aura une belle carte à jouer pour attirer d’abord ses habitants, la clientèle de proximité et la clientèle française. »

Notre actualité

voir tout >>>