La France est-elle prête à accueillir 100 millions de touristes ?

Logo - France Inter ©France Inter

2019.07.10 FRANCE INTER PARTIE 1

Vous ne disposez pas du lecteur Adobe Flash, installez-le !

Publié le 11.07.2019

Dans les années 60, la France a su mener une politique touristique ambitieuse, qui en a fait une destination touristique de premier plan : l'aménagement du littoral languedocien, les stations de montagne... Pourtant, depuis, l'Etat n'a pas su construire de stratégie d'envergure pour améliorer ou développer l'offre, se concentrant sur des stratégies de communication et de promotion de la destination. Cela explique pourquoi la France perd des parts de marché par rapport à ses voisins : il est vrai que la fréquentation étrangère progresse, mais à un rythme plus lent que chez les pays concurrents.

D'ailleurs, le chiffre de 89 millions de touristes étrangers annuels, qui assoit la place de la France comme première destintion mondiale, est loin de refléter la situation réelle : on comptabilise en effet, non pas des touristes, des personnes physiques, mais des arrivées. Ainsi, un même touriste réalisant plusieurs séjours sur le territoire est compté à chaque séjour. Avec cette méthode, on compterait autant de touristes belges en France qu'il n'y a d'habitants en Belgique ! 

Depuis quelques années, ce sont donc les collectivités locales, conscientes de l'effet de levier que représente le tourisme, qui prennent le relais de l'Etat et s'engagent dans des stratégies touristiques pour développer leur territoire. On peut citer en exemple la ville de Bordeaux, qui a porté un vaste projet d'améngement urbain et de développement touristique, et a vu ses retombées économiques liées au tourisme multipliées par 3 au cours des dernières années. Autre exemple, celui de la Vienne, dont les élus ont mené une politique volontariste de développement de l'offre: le Futuroscope, mais aussi plus récemment l'implantation d'un Center Parcs sur le département. Cette stratégie a su construire une offre cohérente et complémentaire, générant de la consommation touristique et des emplois locaux. Rappelons que la filière touristique est une filière dynamique, qui est à l'origine de 44% des emplois du secteur privé créés entre 2010 et 2015. 

 

Le Département de la  Vienne, au départ peu touristique a su mené à bien un projet novateur autour du Futuroscope, puis du Center Parcs qui rejaillit maintenant sur le département avec des retombées s’élevant à plus de 100 millions d’euros.

Les Régions et départements ont la responsabilité d’investir pour  enrichir l’offre touristique. Les Festivals et notamment l’aspect évènementiel  joue un rôle majeur pour la notoriété et l’attractivité d’une région.

En France, la politique touristique est principalement définie au travers de la communication. Celle-ci est moins visible depuis les années 1960 où la politique d’aménagement de la côte Languedocienne était menée par l’Etat aboutissant à la création de stations balnéaires.

Les 89 millions de visiteurs annoncés en France, faisant d’elle la première destination touristique du monde ne reflètent pas la situation réelle. Les pays européens limitrophes connaissent une croissance de fréquentation plus importante que la France. Une prise en compte

Les recettes du tourisme français sont  3,5 à 4 fois inférieures à celles des voyageurs étrangers qui partent  à destination des Etats-Unis. L’Espagne totalise également  des recettes touristiques supérieures à celles de la France.

On note tout de même une amélioration  et une prise de conscience des pouvoirs publics pour réinvestir dans le secteur du tourisme afin de dynamiser une croissance touristique, ce qui permet une diversification du flux touristique sur le territoire français.

La France souffre de sa position géographique qui en fait un pays de passage vers les pays du Sud comme l’Espagne et l’Italie. Comparativement à des pays voisins européens, la France reçoit moins de clientèle internationale.   

Le tourisme est le secteur le plus porteur de création d’emploi. Entre 2010 et 2015, 44% des emplois créés dans le secteur privé provenaient de l’activité touristique. L’attractivité touristique entraine résolument une attractivité économique. Les entreprises sont attirées par des zones dynamiques.

L’année 2018 a connu un record avec la perte de 16,5 millions de Français privilégiant les destinations étrangères pour leurs vacances. Il est aussi important de conquérir des clientèles étrangères que de conserver la clientèle française sur le territoire pour le bien de l’économie touristique.

Cette année, une tendance s’est vérifiée avec un intérêt porté sur les vacances de proximité. De plus, l’augmentation des clientèles étrangères et françaises se confirme. Actuellement la segmentation des clientèles est très marquée débouchant sur l’attente de thématiques différentes. Cette tendance touristique est favorable  pour la France qui développe son tourisme thématique depuis un certain temps. Cette initiative est venue d’Atout France qui est l’organisme national en charge de la promotion et de l’ingénierie touristique en France.

La qualité du service et de l’accueil en France doit s’améliorer afin de combler une lacune et palier à la mauvaise image dont elle souffre à l’étranger. Le secteur du tourisme, porteur d’emploi souffre également d’un nombre de postes non pourvus, et cela malgré les organismes de formations et écoles orientés vers les métiers du tourisme.

En matière de protection de l’environnement, la politique de taxation récemment annoncée par le gouvernement n’est pas la seule mesure à envisager. Favoriser les investissements en matière de diminution des consommations énergétiques, ainsi que promouvoir les hébergements écotouristiques sont autant de mesures qui peuvent mener à une politique volontariste. L’Occitanie est une région qui souhaite rendre plus responsable ses visiteurs avec la mise en place de solutions alternatives : le slow tourisme.

 

Pour retrouver le replay de l'émission en intégralité, c'est ici !

Notre actualité

voir tout >>>