Fréquentation estivale : entre résilience et reports vers l'étranger

Publié le 01.08.2016

Didier Arino fait le point sur la fréquentation de cette saison estivale 2016 au moment du chassé-croisé entre juillettistes et aoûtiens.

Le mois de juillet accuse un recul de fréquentation (-4%), mais qui apparaît relativement limité au vu des difficultés rencontrées par le tourisme hexagonal : grèves dans les secteurs aérien et ferroviaire, blocages, contrecoup des attentats successifs... Les clientèles étrangères, notamment européennes, font preuve d'une certaine résilience et décident, malgré tout, de venir en France.

A l'inverse, les Français ont choisi de partir davantage à l'étranger cette année, en long courrier comme en moyen courrier. Ainsi, les destinations concurrentes progressent largement : Espagne, Italie, mais aussi Grèce et Portugal... Cela pourrait se révéler inquiétant pour la destination France à terme.

Parmi les destinations qui enregistrent de bonnes performances, on compte le Sud-Atlantique. C'est plus compliqué pour la Côte d'Azur, Paris, la montagne et la campagne en général. Ce sont les opérateurs qui proposent des offres de qualité, à l'écart des ecteurs 'anxiogènes' qui s'en sortent le mieux : Gironde et Pays Basque dans le Sud Ouest, Morbihan et Vendée dans l'Ouest pour les destinations, et parmi les opérateurs, les chaînes d'hôtellerie de plein air haut de gamme.

 

 

Notre actualité

voir tout >>>