Coronavirus : une saison très incertaine pour les professionnels du tourisme

Publié le 01.05.2020

Les professionnels du tourisme n’ont aucune certitude concernant les vacances d’été, car les règles ne sont pas définies : qui pourra partir en vacances ? où et dans quelles conditions ? quelles seront les modalités d’ouverture ?…

Le gouvernement n’en fait pas une priorité. Il y a l’inquiétude d’une sur-fréquentation, mais ce n’est pas en reculant l’échéance que le problème va se régler.

La situation actuelle pourrait être l’occasion de mettre en avant un tourisme de proximité et de découvrir les régions et le terroir français. 

Malheureusement, aujourd’hui les espaces naturels ne sont pas accessibles et c’est une aberration. Grâce à la richesse des territoires français, on pourrait véritablement découvrir un autre tourisme, mais ce que l’on retient surtout en raison des déclarations anxiogènes des pouvoirs publics, c’est que 6 millions de Français disent renoncer à partir en vacances car il est dit que les plages seront fermées. Les Français ont besoin de partir en ayant une visibilité sur ce qu’ils pourront faire. Il faut espérer que les choses se clarifient : si les décisions arrivent trop tard, bon nombre des acteurs du tourisme ne rouvriront pas. La question se pose aussi concernant l’ouverture des restaurants, des plages, des lieux d’activités, des festivals, marchés et lieux de rencontres. Il est indispensable que les professionnels puissent se préparer et les Français anticiper leurs vacances. 

Cela fait un mois et demi que les professionnels du tourisme demandent une date de réouverture. Le danger de cette incertitude est que les Français renoncent aux vacances et d’aboutir à une catastrophe économique dans le secteur avec des pertes de centaines de milliers d’emplois : jusqu’à 1 million d’emplois entre les emplois directs et indirects/induits. Sans l’activité touristique, la ruralité, la montagne ou encore les destinations balnéaires n’auraient plus d’activité du tout : les commerces et l’ensemble du corps social en dépendent. La situation est dramatique. Des mesures simples pourraient être prises : ouvrir les espaces naturels qui ne représentent aucun danger ou les plages.

Notre actualité

voir tout >>>