Coronavirus : Point sur la situation touristique en Nouvelle-Aquitaine

France Bleu logo

France Bleu - 16/04/2020

Vous ne disposez pas du lecteur Adobe Flash, installez-le !

Publié le 20.04.2020

C’est officiel, le confinement est prolongé jusqu’au 11 mai. Mais on ne sait toujours pas quand pourront rouvrir les hôtels, campings, restaurants, sites touristiques. Cette information ne doit pas rassurer les professionnels du tourisme.

« Effectivement, les professionnels du tourisme sont à l’arrêt. C’est un véritable tsunami sur ce secteur d’activité. Cela peut paraître anodin pour certains, qui se disent que l’important est le risque sanitaire. Toutefois, le secteur du tourisme représente plus de 25 000 emplois directs pour la Gironde, autant d’emplois indirects. C’est aussi plus de 2 milliards d’euros de retombées économiques pour le secteur et bon nombre de nos territoires girondins vivent du tourisme. Sans le tourisme, il n’y aurait pas de véritables activités et de lieux de vie. C’est le cas notamment du littoral et de tout l’arrière-pays, sans oublier qu’avec le tourisme, c’est aussi bon nombre d’emplois qui n’ont pas été pourvus. L’ensemble des acteurs a besoin de faire un bout de saison touristique si l’on ne veut pas avoir des faillites en cascade, ce qui risque d’être le cas à l’issue de cette saison touristique malgré les aides de l’État. »

 

« Les pertes sont de plusieurs centaines de millions d’euros, et pour le Périgord l’impact est encore plus important. En effet, la Gironde a une métropole qui est extrêmement dynamique avec beaucoup d’activité économique, mais en revanche, l’ensemble du territoire périgourdin est extrêmement dépendant du tourisme. Sans le tourisme, c’est plus de 20 % des emplois qui disparaîtraient. Ce secteur est important aussi avec les débouchées qu’il représente pour l’agriculture et la pêche. La moitié de la pêche française est écoulée via les restaurants. Tous nos produits extraordinaires, que ce soit en Gironde, en Dordogne, mais aussi sur l’ensemble du territoire de la Nouvelle-Aquitaine, sont écoulés via le secteur touristique. Je pense à la Fraise Label Rouge du Lot-et-Garonne, aux produits Qualité Landes, à l’ensemble des produits des AOP de Gironde et de Dordogne. Par conséquent, cet impact est considérable. C’est plus de 10 millions de passagers qui viennent via l’aéroport et la gare de Bordeaux, c’est aussi quantité d’activités qui ne sont pas prises en compte dans le secteur du tourisme directement, comme les commerçants, tout le milieu agricole dont on a parlé, la filière transport… ».

 

« Pour éviter une catastrophe économique, il faudrait un petit peu de bon sens : définir des règles lors du déconfinement pour qu’une distanciation sociale puisse être opérée dans les hébergements touristiques. Aujourd’hui, c’est le flou le plus artistique, avec des incohérences : comment expliquer que les enfants pourront reprendre l’école avec la cantine scolaire et parallèlement laisser les restaurants fermés, comment expliquer qu’aujourd’hui les hôtels sont ouverts, certains sont fermés car il n’y a pas de clients, mais qu’à côté de cela les campings sont fermés pour raisons administratives. Tout cela ne doit pas s’improviser. Nous n’avons ni date d’ouverture des établissements touristiques, ni règles de vie travaillées par les pouvoirs publics. Il serait temps que ce secteur soit pris en compte, car il ne peut pas compter que sur les aides de l’État. Ceci est impossible compte tenu du chiffre d’affaires obtenu dans le secteur du tourisme ».

Notre actualité

voir tout >>>