Coronavirus : Le tourisme sous haute tension

Publié le 19.02.2020

Interview de Didier Arino, Directeur Général associé de Protourisme, pendant "Le 19.45" sur M6.

Les précautions prisent vis-à-vis du Coronavirus nuisent au tourisme. Les déplacements vers l’Asie inquiètent, les voyageurs chinois sont nettement moins nombreux à venir en Europe. Partout, ce secteur économique est touché.

20 à 30 % d’annulation dans les hôtels de Paris depuis le début de l’année, c’est autant de pertes à venir pour le commerce. Les touristes chinois sont ceux qui consomment le plus en France. Ils étaient plus de 2 millions en 2018 à venir sur notre territoire, leur destination favorite en Europe, et à y dépenser 1 700 € en moyenne par séjour. Il est trop tôt aujourd’hui pour une estimation précise des pertes ; seule certitude,,l’onde de choc est mondiale.

« Non seulement, il y a un effondrement des clientèles chinoises, mais aussi du fait de la peur pour les clientèles occidentales, une très forte diminution des clientèles européennes, c’est inquiétant pour ces pays sachant que le tourisme représente plus de 10 % des emplois » précise Didier Arino.

Car quand la Chine est malade, c’’est toute l’Asie qui souffre. 2/3 de visiteurs en moins à Taïwan, des hôtels vides, des annulations en série au Cambodge… Résultat, un manque à gagner de 6 milliards d’euros. Le tourisme représente 20 % du PIB de la Thaïlande ; si la crise perdure, le pays pourrait perdre cette année entre 5 et 7 milliards d’euros.

Notre actualité

voir tout >>>