Confinement : le tourisme en souffrance

Publié le 21.04.2020

Didier Arino, Directeur général de Protourisme fait le bilan de la situation. Il parle de l'impact sur le secteur du tourisme.

« La saison est fortement compromise, mais nous nourrissons un certain espoir : celui de déterminer à quel moment les acteurs vont pouvoir ouvrir leurs établissements. On sait cette année qu’il n’y aura pas ou peu de clientèle étrangère. Les régions qui sont dépendantes des clientèles étrangères, que ce soit les clientèles européennes et encore plus celles qui sont dépendantes des clientèles lointaines, seront encore plus fortement impactées. Pour les régions du Sud et du Sud-Ouest de la France, dont 80 % de clientèle étrangère est européenne, il demeure également une incertitude.

Aujourd’hui, on ne sait pas quand les établissements touristiques vont pouvoir ouvrir et quelles seront les conditions d’exploitation, les règles de distanciation. Cela doit se préparer. Les acteurs travaillent sur ces sujets mais il y a encore beaucoup de flou. Si le printemps représente environ 35 milliards d’euros pour le tourisme en France, l’été c’est 50 milliards. Concrètement, aujourd’hui, dans le secteur du tourisme, il y a près de 2 millions de personnes qui sont soit au chômage partiel, soit sans activité. L’impact va au-delà du secteur du tourisme : il y a 2 millions d’emplois indirects et si l’on prend les emplois induits, l’impact est encore plus important. La question centrale est celle de la sécurité des vacanciers : il faut qu’il puisse y avoir un process sur les règles de vie dans les hébergements touristiques. Une partie des Français a envie de se dépayser, de sortir de ce confinement et de s’aérer que ce soit à la campagne, à la montagne ou à la mer. Le fait qu’il puisse y avoir une répartition de la population dans l’espace français est plutôt une bonne chose, plutôt que d’avoir une concentration dans les villes. Si les Français ne peuvent pas partir en vacances, on risque de retrouver les scènes vécues avant le confinement, avec de nombreux concitoyens dans les parcs, en bord de Seine pour Paris ou dans les grandes villes. Il faut être en capacité de les accueillir dans de bonnes conditions et avec des mesures de sécurité sanitaire, et surtout, il est nécessaire que les vacanciers puissent avoir des réponses aux questionnements qu’ils se posent : est-ce que les piscines seront ouvertes ? est-ce qu’on pourra aller à la plage ? y aura-t-il des restaurants ouverts ? y aura-t-il des clubs enfants dans les villages de vacances ? »

« Les professionnels du tourisme sont très fortement impactés : 1 restaurant sur 3 risque de déposer le bilan, bon nombre d’acteurs de l’hébergement sont en très grande difficulté… Il faut souligner qu’il y a aussi un très fort soutient de l’Etat, notamment du ministère des finances, du ministère du budget. En revanche, le soutien de l’Etat ne suffira pas à combler l’ensemble de ces pertes qui sont colossales pour le secteur, donc il est préférable d’avoir un début d’activité touristique lorsque cela sera possible et notamment d’avoir une fréquentation raisonnable et raisonnée en juillet/août. Il est certain qu’il ne pourra pas y avoir les mêmes flux dans les hébergements touristiques. C’est une économie grise qui risque d’en bénéficier (la location via des particuliers, sur des plateformes souvent basées à l’étranger, qui ne payent pas leurs impôts en France, qui ne contribuent pas au développement économique de notre pays) alors que les vrais acteurs du tourisme – résidences de vacances, campings, hôtels et restaurants – seront pénalisés. Il faut qu’il y ait une visibilité pour le consommateur.  Les comportements seront différents selon les personnes : il y a ceux qui ne partiront donc peut-être en vacances car ils seront inquiets d’aller dans des lieux et il y a ceux qui partiront entre amis, en tribu, en famille, en prenant une location, et enfin il y a ceux qui auront envie de services et parce qu’ils auront été confinés pendant 2 mois avec leurs enfants, seront surement contents d’avoir des activités et des animations. »

Notre actualité

voir tout >>>