Concurrence déloyale et disparité du territoire

Logo - France Inter ©France Inter

2019.07.10 FRANCE INTER PARTIE 2

Vous ne disposez pas du lecteur Adobe Flash, installez-le !

Publié le 11.07.2019

Les plateformes de réservations entre particuliers détiennent une part de marché considérable des nuitées réservées en France. Les recettes générées par cette activité sont très importantes.

Néanmoins ce secteur ne contribue pas à l’effort financier qui pourrait permettre des investissements dans des services de proximité et d’infrastructures. Seuls les professionnels de l’hébergement reversent des taxes. Cette éventuelle contribution profiterait aux villes comme Paris afin qu’elle soit en mesure de mieux accueillir les visiteurs. On constate d’ailleurs que la politique envers ces lobbyistes diffère d’un pays à l’autre, voire d’une ville à l’autre.

Dans 80% du territoire, la France souffre d’une sous-fréquentation. Des villes comme Paris à contrario connaissent une sur fréquentation. Il faut chercher à démultiplié les sites touristiques pour permettre une meilleure répartition des flux de touristes. Le Château de Chambord a réussi à fluidifier l’accueil de ses visiteurs. À Bordeaux, la cité du Vin est un exemple réussi de l’implantation de ces sites en Province, axée sur la thématique de l’œnotourisme.

Pour réduire l’impact de l’activité touristique sur l’environnement, il faut diversifier les pratiques touristiques. La dépendance a une seule pratique peut fortement nuire aux destinations. On le constate avec les paquebots de croisière, qui accostent dans de nombreuses villes et provoquent des dégâts considérables. Il y a urgence à créer des navires plus propres et plus respectueux afin de diminuer l’impact négatif sur l’environnement et les populations.

Enfin, le secteur du tourisme reste porteur d’emplois et offre de nombreux postes à pourvoir.

Notre actualité

voir tout >>>