C dans l'air : la Chine se paie le made in France

Publié le 05.10.2016

Depuis quelques années, la Chine investit massivement dans le secteur touristique français (hôtellerie, vin, clubs de foot, aéroport ...). Une nouvelle réjouissante de prime abord, mais qui demeure inquiétante d'un point de vue politique et managérial : la Chine est en recherche de savoir-faire. La montée au capital du Club Med par le groupe chinois Fosun illustre cette tendance.

Ainsi, le deuxième groupe hôtelier français (Louvre Hôtel) appartient désormais à 100% à la Chine. Une montée au capital d'autres grands groupes français est imminente, comme Pierre & Vacances, la Compagnie des Alpes ou Acccor, premier groupe hôtelier européen, déjà composé à 15% de capitaux chinois.

Se pose également le problème de réciprocité : il n’est pas possible d’acheter ou d’être majoritaire d’une entreprise chinoise.  Comment la France peut-elle préserver ses entreprises ? La nuance entre partenariat et soumission est parfois subtile. Rappelons que la Chine deviendra la première destination touristique mondiale dans les 20 prochaines années, elle est déjà d'ailleurs devant la France en termes de recettes économiques.

Notre actualité

voir tout >>>